© Libération

Vincent Bolloré, sa prise de contrôle dévastatrice de Canal+

En seulement deux ans à la tête de Canal+, Vincent Bolloré a détruit tout ce qu’il restait de l’esprit Canal et des innovations que la chaîne a tenté de mettre en place : iTélé, le Grand Journal, les Guignols, CanalPlay, Studio+.
Total
0
Shares
Crédit photo : © Libération

Bolloré prend les rênes

Septembre 2011, les chaînes gratuites de Bolloré Média changent de propriétaire. Bertrand Meheut d’un côté, PDG du Groupe Canal+ réalise son rêve, acquérir des chaînes gratuites sur la TNT, et de l’autre, un certain Vincent Bolloré, patron du groupe du même nom, souhaite prendre le contrôle de la multinationale spécialisée dans la communication et le divertissement qui est également propriétaire du Groupe Canal+, Vivendi.

Quelle monnaie d’échange ? En rachetant 100% de Direct 8 et Direct Star à Bolloré sur la base d’une valorisation de 465 millions d’euros, le Groupe Canal+ a donc rémunéré l’industriel breton en actions Vivendi. Le Groupe Bolloré est ainsi devenu l’un des premiers actionnaires de Vivendi. Néanmoins, l’avancée de Vincent Bolloré ne s’arrête pas là.

Après la vente de SFR à Altice pour 13,5 milliards d’euros en avril 2014, Vincent Bolloré s’impose enfin en juin 2014 chez Vivendi en arrivant à la tête du Conseil d’administration de l’entreprise.

Le grand ménage

Vincent Bolloré, désormais le nouveau patron de Vivendi, marque son arrivée. Pendant l’été 2015, il écarte le directeur des programmes de la chaîne, Rodolphe Belmer et le remplace par Maxime Saada, qui deviendra par la suite Directeur Général du Groupe Canal+, Président de Dailymotion et Président du Conseil d’Administration de Gameloft, rien que ça.

Début de la saison 2015-2016, les Guignols basculent en crypté et plusieurs présentateurs de la chaîne sont transférés à d’autres émissions, dont Antoine de Caunes qui quitte la présentation du Grand Journal, remplacé par Maïtena Biraben qui on le sait, connaîtra de nombreux problèmes au cours de l’année. Vincent Bolloré va jusqu’à virer un tiers des cadres de la chaîne, remplacés par des employés de Vivendi, comme le révèle les InRocks en mars 2016.

Je suis désolé pour ceux qui ne font pas partie de mon équipe, voilà, je n’ai rien contre vous, je ne vous connais pas.” Vincent Bolloré s’exprimant aux équipes de Canal+ en septembre 2015.

A la fin de la saison, plus rien ne va, la chaîne cryptée perd les droits de la Premier League au profit de SFR Sport. De plus, les chaînes Canal+ et iTélé sont endettées jusqu’au jour où Les InRocks enfonce le couteau dans la plaie et révèle la perte de 200 000 abonnés. Enfin, la chaîne perd notamment de nombreux présentateurs dont Yann Barthès parti chez TF1 et remplacé par Cyrille Eldin, Maïtena Biraben – qui se retrouvera sur RMC début 2017, Ali Baddou ou encore Ophélie Meunier partie sur M6.

 

La révolte

29 octobre 2016, la rédaction d’iTélé continue la plus longue grève de son histoire, reconduite pour un 13ème jour de grève soit quasiment deux semaines que la chaîne ne propose plus d’information en continu. A l’arrivée de l’animateur Jean Marc Morandini sur iTélé, Vincent Bolloré ne réagit pas à la polémique et reste ferme sur sa décision. Il suspend tout de même « Morandini Live » temporairement, une émission « médiocre » qui fait fuir les annonceurs et « réalisée avec un minimum de moyens et dans des conditions précaires » comme le rapporte Libération.

© Jean-Marc Morandini à ses débuts sur i-Télé en 2016

Vivement critiquée, l’émission va même jusqu’à lire mot pour mot des articles Wikipédia aux téléspectateurs, rapporte l’émission Quotidien de Yann Barthès qui met notamment en évidence le manque de professionnalisme de la chroniqueuse Rachel Bourlier. Il est notamment possible de soutenir la rédaction et les journalistes de la chaîne sur le compte Twitter ou le site jesoutiensitele.com.

Fin de la grève chez iTélé, plus de 35 journalistes démissionnent après 31 jours de grève.

“La Société des journalistes d’iTélé, digne et debout, appelle à la reprise du travail, dès que le protocole d’accord sera signé” ont-ils précisé sur leur compte Twitter.

En octobre 2017, les salariés des centres d’appels de Saint-Denis et Rennes sont en grève un an après celle d’iTélé. Ils protestent contre un projet de suppression de 153 postes.

Bolloré jette l’éponge

Après un enterrement plus qu’évident du groupe Canal+ par Vincent Bolloré et ses acolytes, le patron de Vivendi annonce son départ du Conseil de surveillance du Groupe Canal+.

Face à Netflix, CanalPlay n’assume plus

Peu de temps après, la direction annonce timidement la fin de CanalPlay, son service de SVoD face au géant américain Netflix qui ne cesse de s’étaler sur le marché français. En seulement 2 ans, le service a perdu plus de 600 000 abonnés.

Payant, Studio+ abandonne

Début juillet 2018, le groupe annonce la fin d’un autre service, Studio+. Son modèle obligatoirement payant n’a pas su séduire les abonnés face à d’autres plateformes de webséries comme Blackpills – dont Xavier Niel est actionnaire.

Une rentrée difficile pour Canal+

Perte de la Ligue 1 et la Ligue des Champions

Après le passage du cyclone Bolloré sur la chaîne cryptée, tout en ayant fait attention à bien balayer le fameux “Esprit Canal”, qu’en est-il de la chaîne lors de cette rentrée 2018-2019 ? Après une perte de plus de 300 000 abonnés en 2017, et de plus de 400 000 en 2016, la chaîne comptait bien se recentrer sur le sports, le cinéma et les séries… Rappelons tout de même que la chaîne cryptée a perdu l’intégralité des droits de la Ligue 1 à partir de 2020 au profit de l’espagnol Mediapro et les droits de la Ligue des Champions à partir de 2018 au profit de RMC Sport, la nouvelle offre de sport du groupe Altice France/SFR. Pour remédier à cela, le groupe Canal+ serait en discussions avec Mediapro et en négociations avec Altice France pour diffuser les chaînes RMC Sport dans ses offres.

Peu de nouveautés en terme d’émissions

Au niveau des émissions Canal+, Les Guignols et L’Effet papillon disparaissent définitivement de la grille de la chaîne. L’Info du vrai, l’émission d’Yves Calvi diffusée jusqu’ici en access prime time et qui rassemblait plus de 300 000 spectateurs est renouvelée pour une saison 2. D’après l’Express, une nouvelle émission hebdomadaire consacrée “à l’air du temps” et aux sujets de société va faire son apparition à la rentrée. Du nom de “Bonsoir !“, elle fera sa rentrée le 6 octobre et sera présentée par Isabelle Ithurburu le samedi à 19h40. L’émission Clique Dimanche de Mouloud Achour est renouvelée pour une saison 2 le dimanche à 12h45, tout en lançant sa nouvelle chaîne Clique TV. Celle-ci sera lancée en octobre 2018.

Après avoir passé une saison à présenter “La Case en+“, Cyrille Eldin présentera le dimanche à 14h une nouvelle émission dédiée aux sujets et reportages sur la société, la politique, en France et à l’international” et qui débutera le 9 septembre d’après Pure Médias.

Groland, le Zapoï” revient à partir 8 septembre , le samedi à 20h40. Le magazine dédié au cinéma “Tchi Tcha” fera son retour avec Laurie Cholewa, en clair à 12h45.

Sources : Le Point, La Tribune, Les InRocks

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à L'Hebdo Le Rapporteur

Restez connecté à l'actualité avec L'Hebdo Le Rapporteur !

You May Also Like

Mauvaise ironie de Julien Courbet et Yves Calvi de RTL à propos des audiences d’Europe 1

Alors que la radio Europe 1 connaît de mauvaises audiences et traverse une mauvaise passe depuis le départ de Laurent Ruquier, puis du départ de Cyril Hanouna, Europe 1 tente de se remettre à flot. Mais les audiences radio de la dernière tranche -novembre-décembre 2016- par Médiamétrie, publiées jeudi dernier n’ont pas arrangé les choses…
View Post